Quelles aides pour se reloger après une séparation ?

Le relogement est une difficulté qu’il faut avoir à l’esprit au moment d’une séparation ou d’un divorce.

Quitter le domicile conjugal ou le logement de la famille signifie de facto la recherche d’un nouveau logement.

Dans le cas où l’un des époux ou indivisaire reste dans le logement commun, il est parfois difficile de supporter les charges (eau, électricité…).

Des allocations logement peuvent alors être versées.

Elles sont au nombre de 3 :

  • L’APL (l’aide personnalisée au logement)

Cette allocation permet de réduire le montant du loyer ou des mensualités d’un emprunt en cas d’achat d’un bien immobilier ancien situé dans une zone tendue. Celle-ci est versée en fonction de la situation du logement. Le montant de l’allocation dépendra également des ressources de l’époux (en application de certains plafonds), du nombre de personnes vivant au domicile et du lieu du logement.

Bon à savoir : dans le cas d’une garde alternée, chaque parent peut bénéficier des APL, mais seulement pour la durée effective d’accueil de l’enfant à son domicile durant l’année.

La demande peut être faite directement en ligne[1], un simulateur de situation[2] vous permet également d’avoir une estimation du montant de l’allocation qui sera versée tous les mois.

Toutefois, cette allocation ne peut être versée si la personne bénéficie déjà de l’ALF et de l’ALS.

  • L’ALF (allocation de logement familiale)

Cette allocation concerne les locataires ou sous-locataires, les personnes ayant acquis un logement ancien par le biais d’un prêt conventionné ou un prêt d’accession sociale. Elle concerne également les personnes qui résident dans un foyer d’hébergement (dans un EHPAD, une résidence pour étudiant…).

Pour pouvoir en bénéficier, il faut être dans une des hypothèses suivantes :

  • bénéficier d’une prestation sociale ou d’une l’allocation d’éducation d’un enfant handicapé;
  • avoir un enfant à charge de plus de 21 ans et ne pas bénéficier de prestations familiales;
  • être enceinte, sous réserve d’autres conditions.

La demande doit être faite en ligne et le montant de l’allocation est fixée en fonction de barèmes prenant en considération la situation familiale, les ressources, le patrimoine du demandeur et le montant du loyer (ou le montant des mensualités d’un emprunt).

  • L’ALS ( allocation de logement sociale).

Elle ne peut être versée que si vous ne pouvez pas bénéficier de l’APL ou de l’ALF. Comme l’ALF, cette allocation concerne les locataires ou sous-locataires, les personnes ayant acquis un logement ancien par le biais d’un prêt conventionné ou un prêt d’accession sociale. Elle concerne également les personnes qui résident dans un foyer d’hébergement (dans un EHPAD, une résidence pour étudiant…).

Elle est fixée en fonction de plafonds tenant compte de la composition du foyer et du lieu du logement.

Bon à savoir : Il existe également des aides au paiement des factures d’eau, de téléphone, de gaz et d’électricité. Ces aides, accordées en fonction des revenus de la personne qui les demande, peuvent prendre la forme d’un chèque ou d’un tarif progressif. Il convient alors de prendre contact avec la collectivité ou l’organisme social dont vous dépendez. Pour l’aide aux dépenses d’énergie, c’est l’administration fiscale qui se charge de constituer un dossier pour qu’un « chèque énergie » vous soit accordé.

  • Logement HLM

Afin de vous aider à vous reloger, il est également possible de faire une demande pour obtenir un logement d’habitation à loyer modéré (HLM). La demande peut être faite en ligne[3] ou sur place, notamment à votre mairie.

Outre les délais d’attente, pour pouvoir bénéficier de ce type de logement, votre situation doit remplir certains critères :

  • Ne pas dépasser les plafonds de ressources : les plafonds sont fixés en fonction des financements obtenus par le bailleur pour le logement, de votre situation familiale mais également du lieu dans lequel se trouve ce logement. La zone géographique fait varier ces plafonds.
  • Sont pris en compte dans le montant de vos ressources : les revenus fiscaux de l’année n-2 ainsi que les éventuelles allocations logement. Dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel, seules vos ressources seront prises en compte.

Des catégories de personnes sont prioritaires pour l’obtention d’un logement HLM : celle bénéficiant d’une décision favorable au titre du Droit au logement opposable, celles en situation de handicap ou ayant une personne à charge en situation de handicap, les victimes de violences conjugales attestées par un jugement, les personnes reprenant une activité après une longue période de chômage etc…

N’hésitez pas à vous rapprocher d’organismes (ex: l’Union sociale pour l’Habitat[4]) ou vous faire aider dans la constitution des dossiers.

[1]https://wwwd.caf.fr/wps/portal/caffr/aidesetservices/lesservicesenligne/faireunedemandedeprestation/demanderlaideaulogement

[2] https://wwwd.caf.fr/wps/portal/caffr/aidesetservices/lesservicesenligne/estimervosdroits/lelogement/

[3] https://www.demande-logement-social.gouv.fr/

[4] http://union-habitat.org/les-hlm-de-%C3%A0-z/annuaire-des-organismes

Contacter Maître SOKOLOW

Droit de la famille, des personnes et du patrimoine / Droit des contrats / Recouvrement de créances et voies d’exécution

E-mail : contact@sokolow-avocat.fr

Téléphone : 09 86 72 58 30

Portable : 06 21 07 52 15

Fax : 09 85 75 72 79

Toque D1650

Rencontrer Maître SOKOLOW

149, Boulevard Malesherbes – 75017 Paris

Maître Alexandra Sokolow